La « Fortaleza do Pico de São João », communément appelée seulement « Fortaleza do Pico », est située dans la paroisse de São Pedro, municipalité de Funchal, sur l’île de Madère, région autonome de Madère, portugal.

L’un des « ex-libris » de l’île, il a été érigé dans le contexte de la dynastie philippine (1580-1640), en position dominante sur pico dos Frias, en tant que partie intégrante du système défensif de la ville de Funchal contre les attaques de corsaires et de pirates, autrefois fréquents dans cette région de l’océan Atlantique. Du haut de ses murs, les visiteurs peuvent profiter de l’un des meilleurs panoramas de la ville et du port de Funchal.

Histoire

Un beau-père de la ville de Funchal et de la forteresse de São Lourenço elle-même, le sommet des Frias et la source d’eau qui y existait, avait été acquis des religieuses de Santa Clara par la Compagnie de Jésus, qui y avait installé une petite résidence de loisirs, en plus d’avoir canalisé les eaux de la source à leur collège de Funchal. Depuis 1590, il y avait un projet de Mateus Fernandes (III) pour une fortification à Pico, mais en raison de la résistance des prêtres de la Compagnie, il ne s’était pas concrétisé.

Les documents les plus anciens sur sa construction remontent à 1600, lorsque Cristóvão Falcão de Sousa a été nommé gouverneur de Madère. Fin 1601, il envoie à Lisbonne le sergent-major de Funchal, Roque Borges de Sousa, avec un plan de la nouvelle fortification. Avec le retour du sergent-major à Funchal, les travaux commencèrent, alors seulement en bois, étant déjà garnis au début de 1602, que les jésuites se plaignirent à Lisbonne.

Le « Lucidário Madeira » affirme que son premier connétable fut Francisco de Sousa, nommé en 1624, avec un salaire annuel de 24$ et deux tonneaux de vin. Dans les années suivantes, la forteresse passait la pierre et la chaux, sous la direction de Jerónimo Jorge. Sous la forteresse de Saint-Jean-Baptiste de la Picoinvocation de Saint-Philippe, ses œuvres seront achevées dès 1632, selon une inscription épigraphique sur la Porte d’Armes. L’œuvre se poursuivit jusqu’en 1640, selon une autre inscription, qui transcrit :

« Le gouverneur Luiz de Miranda Henriques Pinto a fait le troisième du rempart [de] S. Paulo et presque tout le rideau qui prend le rempart [de] Saint-Jean et la citerne avec ses buses et le corps du garde rotos sur le rocher et les revelim de la porte et les quatre maisons des entrepôts de la première place, rotos dans la roche et le début des autres entrepôts et terraplenos de cette première place. » (Ell « Fortalezas » dans le « Madeiran Lucidian ».)

La citerne présente la date de 1639 dans le murete, datant également de la gestion de ce souverain.

Après la Restauration portugaise, en 1642, il est lieutenant de la forteresse Francisco de Mesa, qui atteindra plus tard le grade de sergent-major de Madère. À la fin de cette année-là, le lieutenant recevait de l’huile d’olive et du bois de chauffage de la maison de garde. Benedito Catalão lui succède à ce poste( op. cit.) de l’ancienne garnison philippine, « pour m’avoir servi pendant plus de vingt ans », selon l’ordre de Jean IV de Portugal (1640-1656).

Dans le contexte de la guerre de Restauration, les remparts ont été achevés, ainsi que la chapelle Saint-Jean-Baptiste, qui a rebaptisé la place. Il date de cette iconographie d’époque écrite par Bartolomeu João, qui l’a représenté en 1654 uniquement avec les murs et les bâtiments intérieurs encore en chantier. Cette étape constructive aura été la plus complexe, notamment à l’angle des remparts de São Paulo et de São João, d’une hauteur monumentale.

Tout au long du 18ème siècle, il a fait l’objet d’autres changements, ayant été nommé en 1751 comme son commandant capitaine-caporal Rodrigo da Costa Almeida. (op.cit.) Pendant cette période, ses installations ont fonctionné comme un entrepôt de poudre et comme une prison. Ici, il fut arrêté, en 1770, Fortaleza de São João Baptista do Pico João José de Bettencourt Freitas pour avoir entravé la lecture, dans l’église de Santa Cruz, de l’excommunication de son père.

Selon le « Lucidário », en 1770 ici ont été rassemblés les garçons errants de Porto Santo pour apprendre l’artisanat dans les ateliers de la forteresse, dans les modalités de latoaria, forge, feuille de fer blanc, armaria et coronharia. La même source ajoute que ces ateliers connuent une forte augmentation en 1802, sous la supervision du sergent-major, ayant été fabriqués trois fusils avec des crosses de différents bois de l’île, pour l’instruction de Ses Altesses Royales. (Livre des Ordres, fl. 6, apud « Madeiran Lucidary ».)

Au moment de la grande alluviale de 1803, toutes les familles sans abri étaient rassemblées à la forteresse de Pico, qui était remplie de tentes de campagne, armées sur les terrasses. (op. cit.)

Dans le contexte de la guerre civile portugaise (1828-1834), en 1833, la forteresse a été rebaptisée Forte de São Miguel. Avec la fin du conflit et la victoire des libéraux, il reprit en 1834 son ancienne nomination. (op. cit.)

Lorsque Charles Ier de Portugal (1889-1908) et sa femme visitèrent l’île (1901), l’ancienne artillerie du fort sauva en son honneur, causant les coups de feu aux fenêtres des habitations construites à proximité.

Au milieu du 20ème siècle, le vieux fort a déménagé dans la sphère de la marine portugaise pour y installer le poste radio-télégraphique de Funchal, qui est devenu plus tard la station télégraphique navale de Funchal. Avec les nombreuses antennes alors surélevées, la population en est venue à le désigner comme « Pico Rádio ».

Déclaré bien d’intérêt public en 1943, il est actuellement occupé par des militaires de la marine portugaise, présentant une salle de musée qui peut être visitée quotidiennement.

Par décision du Conseil des ministres, telle que communiquée par la réunion du 26 juin 2014, « (…) désaffecté du domaine public militaire le bien désigné par Fortaleza do Pico de São João, à Funchal, l’intégrant dans le domaine privé de l’État, en vue de son attribution définitive à la région autonome de Madère ». Cette mission, avait comme contrepartie le transfert de propriété du navire « Blaus VII » au Ministère de la Défense Nationale (Marine) et le transfert du droit d’utiliser les installations du soi-disant « Bâtiment Funchal 2000 », où opèrent les Tribunaux des Tribunaux Mixtes et des Conservatoires, à l’Institut de Gestion Financière et d’Equipement de la Justice. Le transfert a eu lieu le 11 juillet 2014 lors d’une cérémonie officielle en présence du ministre de la Défense nationale, José Aguiar-Branco.

Fonctionnalités

Exemplaire d’architecture militaire éperonné, isolé au sommet d’une crête rocheuse, à un quota de 111 mètres d’altitude, dominant la ville et son port.

Le terrain de la forteresse en forme de citadelle occupe une superficie de 2 750 mètres carrés. Avec une plante quadrangulaire, il a quatre remparts pentagonaux aux sommets sur deux niveaux. Au centre s’ouvre la place des armes autour de laquelle les casernes sont disponibles, ouvertes dans la roche, pavées de sols en briques du 17ème siècle. Il convient de noter la grande citerne creusée dans la roche et le dôme de la batterie principale, avec des dimensions de 18 mètres de long, 6 mètres de large et 10 mètres de haut jusqu’à la fermeture.


« Retour


error: Content is protected !!
Aller au contenu principal