Visite de dégustation de vins
Visite Privée
  • Demi-Journée: 250,00€
    Croisière
    • Demi-Journée – Privé: 250,00€

    TVA incluse au taux légal en vigueur.

    Le Wine Tour est l’un de nos circuits destinés aux amateurs de ces boissons.

    Il est possible de déguster ce nectar traditionnel dans plusieurs lieux et magasins spécialisés.

    Certaines boutiques ne sont possibles que sur réservation et la dégustation est payante.

    Dans certains magasins, si vous achetez un article, une remise est accordée pour la dégustation payante.

    Il est possible de faire des arrêts à d’autres endroits.  

    Les lieux :

    Le vin de Madère, une histoire séculaire

    L’île de Madère a été découverte à l’âge d’or des découvertes portugaises par João Gonçalves Zarco, Tristão Vaz Teixeira et Bartolomeu Perestrello en 1419.

    Les trois capitaines-dignitaires ont reçu le domaine des capitaineries sous la direction du monarque D. Henriques, et bientôt ils ont défriché les terres et occupé le sol de cette île en cultivant le blé, la vigne et la canne à sucre.

    Les premiers colonisateurs étaient des membres de la noblesse portugaise et faisaient venir sur l’île des travailleurs et des artisans du nord du Portugal. Les privilèges spéciaux accordés à ceux qui ont colonisé l’île au cours de ces premières années d’exploitation ont également attiré de grands hommes d’affaires européens qui ont rapidement compris le potentiel de Madère en matière de liaison avec d’importants marchés d’exportation.

    La densité de la végétation de l’île a nécessité le brûlage de grandes surfaces de terre, ce qui a contribué à sa fertilité.

    Dans les premières années de la colonisation, jusqu’en 1461, un premier système de levada a été construit, qui a été progressivement complété au cours des siècles.

    L’agriculture a prospéré en mettant l’accent sur la culture du sucre, mais aussi de la vigne et du blé.

    En 1466, le sucre était devenu la principale culture et, en plus des exportations qui, jusqu’alors, étaient dirigées vers le Portugal continental, le golfe du Kenya et les marchés africains, il s’est étendu aux marchés de la Méditerranée et de l’Europe du Nord.

    Bien que l’on ne sache pas précisément quand et où les premières vignes ont été plantées, on pense que les premiers colonisateurs ont apporté avec eux des variétés qui existaient déjà dans le Minho.

    Cependant, des documents historiques du navigateur vénitien Alvise da Mosto, dit Luís de Cada mosto, datant de 1450, montrent l’introduction du cépage Malvasia Candida dans les premières années de la colonisation.

    Le navigateur mentionne que “…parmi les différents cépages, le prince Henri a fait planter des terres avec du Malvoisie qui a été envoyé de Candia (capitale de la Crète) et qui se développe très bien…”, et fait également l’éloge, dans son carnet de voyage, de l’exportation du vin et de sa bonne qualité.

    Ces archives sont remarquables car elles prouvent que, admirablement, 25 ans après le début de la colonisation de l’île, les exportations de vin de Madère étaient déjà une réalité !

    Institut du vin, de la broderie et de l’artisanat de Madère, I. P. 2

    Tout au long du XVe siècle, la superficie des vignobles s’est accrue, entraînant une augmentation des exportations, mais la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb est sans aucun doute l’événement qui marquera de manière décisive l’histoire du vin de Madère.

    Des épisodes impliquant des personnages historiques sont racontés de cette période où le vin de Madère est déjà évident à l’étranger.

    On raconte qu’en 1478, Georges, duc de Clarence, frère d’Édouard IV, roi d’Angleterre, après avoir été condamné à la peine capitale par la Chambre haute, choisit de se noyer dans un tonneau de vin Malvasia.

    XVIe siècle

    Le XVIe siècle commence sur l’île par un déclin de la culture de la canne à sucre, dû à plusieurs facteurs, dont une production excessive et l’épuisement des sols.

    A la fin du siècle, la crise s’installe, avec la concurrence du sucre du Brésil, qui offre des prix beaucoup moins chers. Les terres sucrières ont été converties en vignobles.

    Des colons étrangers ont continué à arriver à Madère, dont Simão Acciaioly, qui a introduit le raisin Malvasia Babosa sur l’île.

    Tout au long de ce siècle, il y a plusieurs témoignages de visiteurs tels que le Vénitien Giulio Landi et l’Italien Pompeo Arditique avec des références à Malvazia. Giulio mentionne que “toute l’île produit beaucoup de vins qui sont considérés comme excellents et très similaires au Malvasia de Candia”.

    XVIIe siècle

    Tout au long du XVIIe siècle, la production et l’exportation de vin de Madère ont connu une forte augmentation, et l’on pense que durant cette période, les exportations ont triplé.

    La plupart des exportateurs étant des étrangers, l’influence britannique dans le secteur ne se fera sentir de manière prédominante qu’avec le développement des marchés coloniaux en Amérique et grâce aux concessions commerciales accordées aux marchands britanniques.

    Ces concessions ont donné aux commerçants anglais résidant sur l’île une position privilégiée dans le commerce avec les Indes et les Amériques, ces marchés supplantant en importance le Brésil, qui était jusqu’alors le plus grand marché d’exportation du vin de Madère.

    C’est ainsi que s’est ouvert le commerce triangulaire entre Madère, le Nouveau Monde et l’Europe (avec la Grande-Bretagne en particulier), un triangle qui comprenait également le transport de marchandises des colonies portugaises et britanniques vers l’Europe.

    Instituto do Vinho, do Bordado e do Artesanato da Madeira, I. P. 3

    18ème siècle

    Au début du XVIIIe siècle, l’Angleterre et le Portugal ont signé le traité Methuen (1703), en vertu duquel les vins portugais payaient un tiers de droits de douane de moins à l’entrée en Angleterre que les vins d’autres pays et selon lequel les textiles anglais entraient au Portugal sans aucun droit de douane.

    Malgré cette mesure, qui a largement profité au vin de Porto comme prévu, les exportations de vin de Madère ont continué à aller principalement vers l’Inde et l’Amérique du Nord.

    Les exportations vers l’Europe étaient secondaires.

    Le vin de Madère est très étroitement associé à l’Amérique du Nord, comme en témoigne le fait que la célébration de la déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique, le 4 juillet 1776, par leur premier président, George Washington, a été trinquée avec un verre de vin de Madère.

    Présent sur les tables les plus raffinées des cours européennes, il était le vin préféré des rois, des empereurs et des hommes d’État. Thomas Jefferson, comme tous les Pères fondateurs, était un connaisseur des meilleurs vins de l’époque, mais son vin de prédilection était le vin de Madère.

    La demande de vin de Madère était si exubérante à cette époque qu’elle a également eu des conséquences négatives : d’une part, les vins de bonne qualité ont commencé à être mélangés à des vins de moindre qualité, généralement produits sur la côte nord de l’île et, d’autre part, de faux vins de Madère produits ailleurs ont commencé à entrer sur le marché.

    Tout au long du siècle, des efforts sont faits pour créer et mettre en œuvre des réglementations strictes dans le but de maintenir la qualité des vins.

    En plus d’être la période de grande notoriété et de renommée du vin de Madère, cette période, qui s’étend jusqu’au XVIIIe siècle, est particulièrement intéressante et féconde en ce qui concerne le développement du caractère du vin.

    L’introduction de deux nouvelles techniques contribue à cette évolution, à savoir la fortification et l’estufagem.
    Au milieu du XVIIIe siècle, la plupart des établissements vinicoles fortifiaient déjà leurs vins.

    Peut-être que la fortification était initialement une sorte de secret d’affaires.

    L’un des chroniqueurs anonymes du premier voyage de Cook autour du monde affirme qu'”on affirme généralement qu’aucune boisson distillée n’est ajoutée à ces vins, mais on m’a assuré, avec certitude, du contraire, et j’ai vu des spiritueux utilisés à cette fin”.

    Instituto do Vinho, do Bordado e do Artesanato da Madeira, I. P. 4

    Curieusement, la répartition des exportations par marché à la fin du siècle a connu un revirement, probablement dû à la guerre d’indépendance des États-Unis d’Amérique, qui a ramené de nombreux citoyens britanniques en Grande-Bretagne, le marché anglais prenant progressivement une plus grande dimension dans les importations de vin de Madère.

    19ème siècle

    Le début du 19ème siècle est marqué par un boom des exportations qui ont été gonflées par les guerres napoléoniennes.

    Mais finalement, ce siècle n’a pas été favorable au vin de Madère.

    La dépression d’après-guerre de la première décennie du siècle s’est avérée néfaste pour le vin de Madère, qui a vu ses exportations diminuer considérablement.

    La réouverture des ports de France et d’Espagne, qui étaient restés fermés jusqu’alors, y a contribué, permettant aux vins portugais d’entrer sur le marché britannique sans concurrence.

    Parmi les nombreux événements liés à cette période d’après-guerre, l’un d’entre eux continue de susciter un grand intérêt, ayant été recommandé par Henry Veitch, le consul anglais à Madère qui, à l’occasion du passage de Napoléon Bonaparte sur l’île en 1815, sur le chemin de l’exil vers l’île de Sainte-Hélène, a offert à l’empereur un tonneau de Malvoisie.

    L’histoire raconte que, devant la résistance de l’empereur à faire du vin de Madère l’antidote aux privations de l’exil, le tonneau contenant le précieux nectar retourna sur l’île de Madère, récupéré par son donateur et multiplié en 1840 en centaines de bouteilles qui firent le bonheur d’innombrables Anglais, dont Sir Winston Churchill qui, en visite à Madère en 1950, eut le privilège de le déguster.

    L’instabilité qui règne en Amérique du Nord à la suite de la guerre civile de 1861 aura un impact considérable sur les expéditions de vin de Madère vers cette destination.

    Et si le vin de Madère était à la mode dans l’Angleterre de l’après-guerre, la vérité est que cela n’a pas suffi à compenser la contraction du marché américain.

    D’autres facteurs ont également joué un rôle dans l’évolution des exportations, notamment l’ouverture du canal de Suez en 1869, lorsque les navires se dirigeant vers l’ouest ne passaient plus par l’île de Madère.

    L’expansion du marché russe apparaît comme une bouffée d’air frais au milieu du siècle et, pendant un certain temps, ce marché a rivalisé avec le marché britannique en termes de volume d’affaires.

    Cependant, la seconde moitié du siècle est marquée par l’effet dévastateur des maladies qui attaquent les vignobles : l’oïdium et le phylloxéra.

    Vin de Madère, Institut de broderie et d’artisanat 5

    Au cours de cette période et malgré l’augmentation des vignes américaines qui sont apparues comme un moyen de faire face au phylloxéra, la majorité de la production de vin de Madère était basée sur le Verdelho et le Tinta Negra, le Bual, le Bastardo et le Terrantez étant également fréquemment signalés.

    Le vin produit à partir du cépage Malvasia continue d’être fabriqué en petites quantités, la qualité provenant du mythique Malvasia Candida de Fajã do Padres, initialement propriété des Jésuites, restant très célèbre.

    Malgré les différentes crises du début du siècle, la production et la commercialisation du vin de Madère se sont redressées et sont restées sur le marché, se projetant dans l’avenir.

    20e et 21e siècles

    Le XXe siècle sera pour le vin de Madère relativement stable par rapport au siècle précédent.

    Au cours de la première décennie de ce siècle et jusqu’à la Grande Guerre, les marchés d’exportation changent et le marché allemand s’impose comme le premier marché d’exportation.

    Mais dans l’entre-deux-guerres, les principales destinations pour l’exportation du vin de Madère ont subi quelques oscillations, le marché scandinave, principalement la Suède et le Danemark, apparaissant comme les consommateurs du meilleur vin de Madère.

    Ce siècle est également marqué par un effort de réglementation de la qualité du vin de Madère et aussi par un grand nombre de fusions entre producteurs portugais et anglais qui changent complètement le scénario du tissu commercial des producteurs de vin de Madère.

    A partir des années 80, des tendances se dessinent sur les marchés d’exportation qui ne subiront pas de modifications significatives jusqu’à aujourd’hui.

    La révolution de 1974 et, plus tard, l’entrée du Portugal dans l’Union européenne ont apporté à la région un développement qui a eu un impact sur le secteur viticole.

    D’une part, le renforcement du contrôle de la qualité est devenu une priorité des politiques gouvernementales et, d’autre part, l’industrie du vin a connu un développement important et sain.

    Le XXIe siècle a commencé par un renforcement de la qualité d’un vin ayant plus de 500 ans d’histoire.

    Aujourd’hui, les viticulteurs et toutes les entreprises liées à la production et au commerce du vin de Madère s’engagent fermement à améliorer constamment la qualité de ce vin, cherchant à contribuer, de la plantation des vignes à la mise en bouteille du vin, à préserver la renommée et le prestige de l’un des meilleurs vins du monde.

    Instituto do Vinho, do Bordado e do Artesanato da Madeira, I. P. 6

    LE VIN DE LA ROUTE

    Dès le XVIIe siècle, le vin de Madère avait l’un de ses principaux marchés aux Indes.

    Cette route commerciale est devenue célèbre pour le vin de Madère, non seulement en raison de la quantité d’exportations qui ont eu lieu pendant deux siècles, mais aussi pour le célèbre “Vinho da Roda”.

    Le transport du vin de Madère vers ces régions s’effectuait dans les cales des navires qui atteignaient des températures très élevées en traversant les tropiques. Il arrivait parfois que le vin retourne en Europe et on s’est aperçu que ces voyages étaient très bénéfiques pour la qualité du vin.

    C’est alors que des tonneaux de vin de Madère ont été envoyés aux Indes dans le seul but de l’enrichir et de le valoriser, avant de revenir en Europe où il a acquis une renommée sans précédent.

    En Angleterre, le Vinho da Roda a acquis une réputation extraordinaire qui l’a conduit à être vendu à des prix astronomiques.

    Motivés par les preuves que la chaleur augmentait la valeur du vin de Madère et probablement attirés par l’appréciation du Vinho da Roda, les producteurs du milieu du XVIIIe siècle ont investi dans l’estufagem, une technique qui est encore utilisée de nos jours.

    Tiré de :

    Instituto do Vinho, do Bordado e do Artesanato da Madeira, I. P.



     Itenéraires : 
    Temps:
    • Départ à 9:00 / 9:30
    • Arrivée à 14:00 / 14:30
    Itinéraire:

     
    Comparaison du type de visites

    VISITE À BAS PRIX
    JOUR DE L'AN
    VISITE À BAS PRIX
    POUR CEUX QUI VEULENT ÉCONOMISER DE L'ARGENT
    3 PERSONNES MINIMUM
    PRIX PAR PERSONNE
    AIDE À L'ENTRÉE ET À LA SORTIE DU TRANSPORT
    RÉSERVATION!
    SHARED
    JOUR DE L'AN
    SHARED
    SERVICE COMPLET
    2 PERSONNES MINIMUM
    PRIX PAR PERSONNE
    AIDE À L'ENTRÉE ET À LA SORTIE DU TRANSPORT
    ACCOMPAGNEMENT AUX ATTRACTIONS
    RAMPE POUR AIDER LES TROTTOIRS ET LES BARRIÈRES ARCHITECTURALES
    15/30M D'ARRÊT AUX SITES / ATTRACTIONS
    RÉSERVATION!
    VISITE PRIVÉE ( VIP )
    JOUR DE L'AN
    TOUR VIP
    VISITE UNIQUEMENT POUR VOUS / VOTRE FAMILLE
    2 PERSONNES MINIMUM
    PRIX PAR PERSONNE
    AIDE À L'ENTRÉE ET À LA SORTIE DU TRANSPORT
    ACCOMPAGNEMENT AUX ATTRACTIONS
    RAMPE POUR AIDER LES TROTTOIRS ET LES BARRIÈRES ARCHITECTURALES
    FLEXIBILITÉ DANS LA RÉPARTITION DU TEMPS LE LONG DE L'ITINÉRAIRE
    VISITE PERSONNALISÉE POUR GOÛTER
    POSSIBILITÉ D'UN GUIDE INTERPRÈTE DANS VOTRE LANGUE
    RÉSERVATION!

    Options supplémentaires à la visite:
    • Fauteuil roulant tout terrain : 60,00 €
    • Fauteuil roulant ou scooter : 60,00 €
    • Guide-interprète (disponible uniquement sur les visites privées) : 250,00 €
    • Goûter avec des produits traditionnels pour les adultes : 12,00 €
    • Goûter avec des produits traditionnels pour les enfants : 12,00 €
    • Goûter avec des produits traditionnels pour diabétiques : 12,00 €
    • Places assises pour les enfants de 5 à 12 ans : gratuit
    Recommandations:
    • Portez des vêtements et des chaussures confortables
    • Apportez imperméable à l’eau si nécessaire
    • Apportez de la crème solaire, quelques heures de la journée, le soleil peut brûler.
    • Apportez de l’eau/des collations
    • Nous vous recommandons d’utiliser notre équipement car de nombreux itinéraires ne sont pas préparés pour des chaises manuelles ou électriques.
      • Notre équipement est prêt à monter les escaliers et à faire du tout-terrain.
      • Nous ne sommes pas responsables si l’équipement des clients fonctionne mal, devient hors batterie ou reste bloqué.
      • S’il est nécessaire de retirer la chaise du client, celui-ci sera responsable des coûts de l’opération.

    Nous nous arrêtons à divers endroits où ils vendent des boissons, des collations, des articles régionaux. Les clients ne sont pas tenus de consommer ou d’acheter, mais s’ils le font, ils aident l’économie régionale.

    Options de transport:
    • 2 personnes en fauteuil roulant manuel et 4 personnes assises
    • 1 personne dans une chaise manuelle et 5 personnes assises
    • 1 personne en fauteuil roulant électrique et 4 personnes assises
    • 1 personne en fauteuil roulant pour tout-terrain et 3 personnes assises
    Information:
    • Il est possible de faire ce tour avec une chaise manuelle ou électrique et avec un scooter électrique, mais il y a des limitations dans l’accès à certains endroits.
    • Tous les endroits accessibles ne permettent pas l’entrée de chaises électriques ou de scooters.
    • Il peut y avoir des retards au début ou à la fin du Tour en raison de situations externes telles que la circulation et beaucoup d’afflux de personnes.
    • Les visites peuvent devoir être annulées ou modifiées en raison de conditions spéciales telles que des conditions météorologiques ou un manque de conditions de sécurité.
    • En cas d’annulation, nous offrons la possibilité de réserver à nouveau le tour ou nous vous rembourserons l’argent.



    error: Content is protected !!
    Aller au contenu principal